Le bonheur

Bonheur (nom commun) État satisfaction complète, stable et durable.

Qu’est ce que le bonheur ?

Le bonheur est un état de satisfaction complète caractérisé par sa stabilité et sa durabilité. Il ne suffit pas de ressentir un bref contentement pour être heureux. Une joie intense n’est pas le bonheur. Un plaisir éphémère non plus. Le bonheur est un état global. L’homme heureux est comblé. Il vit une forme de plénitude. Sa situation est stable : elle présente un équilibre et seul un élément extérieur pourrait la modifier.

En tant qu’optimum de la vie humaine, le bonheur est universellement recherché. On le présente souvent comme le but le plus élevé de l’existence. Celui que tout homme cherche à atteindre, consciemment ou non.

Être heureux est une expérience individuelle et humaine. C’est l’homme qui connaît la félicité, pas l’animal. État stable et prolongé dans lequel on vit une insatisfaction totale, le malheur est l’opposé du bonheur. Il représente la situation fuite par chacun, que personne ne recherche volontairement.

La notion de bonheur est intimement liée au désir. Être heureux, ce serait réaliser tous ses désirs, ou du moins réaliser tous ses désirs « importants ». L’homme heureux accomplit les objectifs qu’il s’est fixé, ceux qui ont une valeur pour lui-même. Le bonheur est donc ancré dans l’individu, dans ses projets et ses représentations.

La conception du bonheur de l’un ne sera pas celle de l’autre. Les utopies politiques qui visent le bonheur de « tous » sont potentiellement dangereuses. Elles risquent d’imposer une vision particulière de ce qu’est le bonheur, d’agir de façon paternaliste, et de produire l’inverse de l’effet recherché.

Un contenu indéterminé

Le « contenu » du bonheur est indéterminé. Il n’y a pas d’accord sur des éléments particuliers et précis qui seraient constitutifs du bonheur. La richesse, la beauté et le pouvoir ne font pas le bonheur. Aucun élément concret ne peut être mis en avant. Croire qu’il faille une Ferrari ou passer à la télé pour être heureux est une illusion.

Lorsqu’il y a un accord sur ce qui rend heureux, il ne porte que sur des éléments vagues, des principes généraux. L’amour, l’amitié, le plaisir sont sûrement des composantes du bonheur. Mais ces éléments sont profondément abstraits. Savoir que l’amitié compte ne me donne pas de bons et vrais amis.

On ignore souvent ce qui peut nous conduire à notre bonheur. Ce qui me permettrait, personnellement, de devenir heureux n’est pas clair pour moi-même. Je peux penser que certaines choses me rendront heureux (un bien matériel, réaliser un projet, etc.), certes. Mais je ne peux jamais savoir certainement que ces éléments feront réellement mon bonheur (actuel ou futur).

Au-delà d’une aspiration commune à être heureux, ce qui produit le bonheur est donc indéterminé.

La recherche du bonheur

On pose en général le bonheur comme la fin suprême de l’existence humaine. Le bonheur serait la fin en-soi vis-à-vis de laquelle tous nos autres buts seraient seconds. Toutes nos actions seraient faites en vue d’être heureux, de façon plus ou moins directe.

Dans cette perspective, sa recherche semble inévitable. Qu’on le veuille ou non, qu’on l’admette ou pas, le bonheur serait impossible à ne pas rechercher. Problème : il n’est pas certain que le bonheur soit atteignable. Ce pourrait bien être un idéal inaccessible, un optimum fantasmé, mais impossible à réaliser.

Deux éléments vont dans le sens de cette conclusion :

  1. Le bonheur est un état dont on est conscient
  2. Le bonheur a un rapport paradoxal au désir

Concernant (1), le problème est que personne ne se dit heureux. L’individu heureux est souvent présenté comme conscient de son état. Il n’est pas heureux « sans le savoir ». Il est heureux et se sait l’être. Or, personne n’affirme avoir atteint le bonheur. Il est facile de mettre en doute ou de contester les affirmations de ceux qui prétendent l’avoir fait. Un contentement total, durable et stable ? Et vous l’auriez atteint ? Vraiment ?

Un paradoxe désir / bonheur

Concernant (2), la recherche du bonheur semble rencontrer un paradoxe. D’un coté, le désir est dit :

  • insatiable, sans fin
  • source de trouble
  • et permanent chez l’homme

De l’autre, on présente le bonheur comme :

  • réalisation de tous les désirs
  • disparition des troubles liés au désir

Ainsi soit l’homme désire, et il n’est pas heureux, soit il est heureux, et il ne désire plus. Le bonheur va avec l’accomplissement de tous les désirs : c’est un état où l’homme est libéré du désir. Toutefois rien n’assure qu’un tel état soit possible. Faute de voir certains hommes cesser de désirer, on peut rejeter le bonheur comme un idéal fictif.

Cette situation conduit certains philosophes à penser différemment la notion. Le bonheur pourrait être la simple absence de trouble (ataraxie). Sans chercher à réaliser ses désirs, on pourrait chercher à ne plus être troublé par eux.

Dans un autre registre, Hobbes propose une vision originale du bonheur. Être heureux, c’est poursuivre sans cesse des désirs tous réalisés (Elements of Law). Le trouble et le bonheur sont alors compatibles.

Mais quelle que soit la solution proposée, on renonce à la définition classique. Le bonheur devient alors, si ce n’est possible, moins paradoxal.

Dépend-il de nous d’être heureux ?

À suivre l’étymologie, le bonheur ne dépend pas de l’homme. Le bonheur est la bonne fortune, le bon heur. C’est une chance qui arrive à l’individu. Il vient de l’extérieur : il n’est pas produit, construit par le sujet. À ce prix, il ne dépend pas de l’homme d’être heureux. C’est le bonheur qui nous trouve et pas nous qui le trouvons.

À l’inverse, on considère souvent que l’individu joue un rôle dans son propre bonheur. Le sujet recherche activement son bonheur et tente de le réaliser. Il met en œuvre des moyens en vue de cette fin. Des éléments extérieurs peuvent favoriser ou empêcher ce bonheur, mais il ne sont pas pensés comme des causes initiales et exclusives. L’individu prend part à la réalisation de sa félicité.

Il semble que chercher le bonheur ne suffise pas à le trouver. D’où l’idée qu’il puisse « ne pas dépendre de nous ». Dans le même temps, certains courant font largement dépendre le bonheur de notre action. En adoptant la bonne façon de vivre et cultivant les bonnes représentations, le sage peut atteindre une forme de félicité.

Bonheur, morale et plaisir

La morale est en lien étroit avec le concept. Nombre de philosophes ont fait de la moralité une condition du bonheur. Être heureux n’est donné qu’à celui qui est d’abord moral. On imagine mal ceux qui acquièrent le bien-être immoralement être « heureux ».

L’idée de bonheur est rattachée à une forme de quiétude qui semble incompatible avec l’immoralité. Vivre dans la peur du gendarme ou de la réprobation, c’est vivre inquiet, forcément non-heureux. Le bonheur supposerait alors une évaluation positive des causes de sa situation.

On imagine mal le bonheur sans plaisir. Toutefois le plaisir n’est pas le bonheur. C’est un sentiment momentané, éphémère. Il renvoie au « bon ». Le bonheur lui renvoie au « bien ». On peut tirer du plaisir d’une chose immorale, mais pas du bonheur. Il y a dans le concept une dimension d’accomplissement moral.

dicophilo.fr

A votre avis …

Vous êtes votre propre créateur …

Vous sentez-vous déprimé, triste, démotivé. Chacun de nous peut vivre un moment douloureux dans sa vie. Tout le monde souffre. Et puis nos pensées sont généralement négatives nous les êtres humains :-). Elles sont l’éco de notre inconscient , surgissant de nos périodes sombres. Mais tout évènement négatif peut devenir la semence du bonheur. Aussi, sans le malheur nous n’apprécierons certainement pas le bonheur. Cependant nos émotions négatives doivent cesser de nous empoissonner l’existence. En gardant un état d’esprit sombre, nous nous encrons dans un champ d’énergie néfaste pour nous-même et notre santé.

Une action de notre part est nécessaire, il faut simplement le décider et le vouloir pour changer cette situation…

Pardonnez , aimez, riez , remplacer la noirceur de pensée par la lumière de la joie. Vous êtes le seul acteur de votre vie. Votre énergie circule là où va votre attention. Ceux sur quoi vous vous concentrez prend de l’ampleur dans votre vie. Alors concentrez-vous sur ce que vous voulez. Evitez de penser à ce que vous n’aimez pas ou à ce que vous ne voulez pas.

Prenez le temps de vivre un sentiment de joie , écoutez de la musique , promenez-vous à la plage, en plein air, aidez les autres, prenez du plaisir à faire ce que vous aimez pour transformer votre énergie en influence positive.

Dans le quotidien, pour modifier vos pensées, souvenez-vous d’un moment, un jour où vous avez ressenti du plaisir, une joie immense, un émerveillement, un état de bien être… écoutez vos émotions, et surtout rechercher constamment à vivre un état de joie.

Si vous voulez être heureux, agissez comme si vous l’êtes déjà , ressentez à cet instant les sentiments d’un être heureux, souriez, relevez le dos , chantez, dansez…

Avec le temps, en prenant l’habitude d’agir ainsi pour votre sérénité d’esprit ,votre vibration se métamorphosera en meilleure.

C’est sûr, vous pouvez maitriser votre état d’esprit afin d’acquérir le bonheur et souvenez-vous…vous êtes déjà heureux. 😉

amhi

La paix intérieure


La paix intérieure ou la paix de l’esprit est accessible à tous. En pratiquant une autodiscipline qui est la méditation.

Nous vivons au sein d’une ère qui impose le mouvement constant. L’overdose d’information pour se sentir vivant, métro, boulot, dodo, enfant, couple, portable et ainsi de suite …

Pour une tranquillité d’esprit nous avons la nécessité de nous retrouver avec nous même.

Il est primordial pour éteindre le ruminement infernal du stress de la vie de prendre du recul et de se poser pour enfin exister.

Diverses types de méditation sont à disposition gratuitement sur application mobile. Il suffit de le vouloir, de s’accorder une dizaine de minutes pendant la journée.Vous  le méritez bien ! AM

Moment présent

Pensez-vous uniquement « passé » « futur » d’une manière inconditionnelle ?

Vous arrive t-il d’être noyé dans vos pensées ?

Nous sommes conditionnés à nous noyer dans nos pensées soit dans la peur de l’avenir soit dans la culpabilité du passée, ainsi nous oublions de vivre.

La vie est dans le présent, vous ne pouvez rien changer dans le passé, vous pouvez agir pour l’avenir mais tout cela se passe dans le présent.

Une petite astuce qui permet de nous arracher de nos pensées passé-futur… réveillez vos 5 sens…sentez , regardez, touchez, écoutez …

Alors si vous souhaitez rester vivant c’est dans le présent qu’il faut être, ne voyagez plus dans les méandres du passé, ni dans les craintes du futur…AMHI

Les pensées

Aimer la vie
Aimer la vie

Aucune pensée n’habite votre tête sans payer son loyer. Chaque pensée que vous avez sera soit un investissement, soit un coût. Soit elle vous poussera vers le bonheur et la réussite, soit elle vous en éloignera. Soit elle attisera votre flamme, soit elle l’éteindra. Voilà pourquoi il est impérieux que vous choisissiez vos pensées et vos croyances avec sagesse.  -T. Harv Eker

As -tu vécu un moment de bonheur ?

Un moment de bonheur à partager …


Le bonheur est en nous

le bonheur est en nous , cette expression est si simple mais il faut méditer pour la comprendre.

Est ce qu’il suffit de croire que l’on est heureux pour l’être ?

Est ce que le bonheur est à la portée d’une catégorie de personne ?

Pourquoi certaines personnes n’atteignent pas le bonheur?

Le bonheur

Il s’agit de ne pas s’attarder sur la définition du bonheur mais de le vivre le plus intensément … AM

Description

Le bonheur est un état émotionnel agréable, équilibré et durable dans lequel se trouve quelqu’un qui estime être parvenu à la satisfaction des aspirations et désirs qu’il juge importants. Wikipédia


%d blogueurs aiment cette page :